Drink in Australia, be carefull of … the goon

En arrivant en Australie, on a vite naturellement envie de faire quelques soirées, après tout quel meilleur moyen pour rencontrer des gens?

Et quoi de mieux que boire un petit verre pour oublier son anglais approximatif, sa retenue de nouvel arrivant et aller tenter de faire connaissance avec le premier venu.

Tout cela sonne très bien,  donc en route pour le bottle shop pour faire le plein. Oui, ici, pas d’alcool dans les supermarchés mais seulement dans des magasins spécialisés qui ferment tous à 23h00 donc il vaut mieux être prévoyant.

Arrivé donc au bottle shop avec un petit billet de 20$, que prendre? pack de bières? bouteille de whisky? vodka?

En fait, pour 20$, oubliez les alcools forts, ça ne rentre pas dans le budget, ce sera un pack de bières, pas la classique valise française avec ses 24 bières. Non, juste un pack de 6 et il vous restera de quoi acheter un paquet de chips … royal.

Si on s’éloigne du centre ville, on peut trouver le pack de 6 bières de base pour 10 voire 9$ …

Si on décide de dépasser le stade de pompette et d’oublier Monsieur Modération, on se réveille vite avec un énorme trou dans le porte monnaie en plus de la gueule de bois.

Lors de ma 1ére semaine où je logeais dans un backpack (auberge de jeunesse), j’ai entendu parler d’un vin en cubi, vraiment pas cher (pour l’Australie, oubliez les prix français, sinon, c’est trop déprimant).

Il s’agit du goon, à savoir un vin de table, assez imbuvable qui coute environ 10$ pour 4 litres: la belle aubaine !!!

Oui, trop belle pour être vraie mais j’ai tout de même voulu tenter. Voici donc la bête:

C’est donc au cours d’un barbecue (appelé barbie pour les australiens) sur la plage, organisé par quelques backpackers de l’auberge que moi et quelques amis français sommes arrivés avec notre goon.

1er verre, mes amis ne supportent pas le goût et me laisse donc avec le reste. Il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un Chateau Neuf de Pape mais il ne me semblait pas bien pire qu’un mauvais vin français, qui ne sont pas si rare, avec un peu d’honnêteté…

J’ai donc passé la soirée à rencontrer et discuter avec de nouvelles personnes avec une aisance insoupçonnée jusqu’à lors toujours accompagné de mon breuvage qui me semblait de moins en moins mauvais au fil des gorgées.

Dicton entendu en Australie: Liquid gone (ça va aussi pour l’essence dans cet immense pays)

Soirée donc plutôt fort sympathique, même si je n’ai (et croyez moi, c’est plus qu’exceptionnel) que quelques vagues souvenirs de la fin. Souvenirs qui m’ont d’ailleurs été contés par un ami mais que je ne vous retranscrirai pas. Oui, sous goon, on peut perdre quelque peu la maitrise de soi et pour tout dire être un gros relou.

Toujours est-il que la soirée, c’est plutôt bien passé mais là n’est pas le problème.

Le problème arrive le lendemain, au réveil, au douloureux réveil je devrai dire. Que celui qui n’a jamais eu de gueule de bois me lance la 1ére pierre (enfin qu’il fasse gaffe parce que je lui rendrai) et donc, ce n’était pas ma 1ére.

Mais celle-ci fut particulièrement violente. Le hangover (gueule de bois) du goon, c’est quelque chose: Une barre au crâne comme jamais je n’avais connu avant et qu’aucun paracétamol, ou ibuprofène n’a réussi à calmer.

J’ai pas passé la journée au lit à maudire ce satané goon en me promettant de ne plus jamais en reboire (promesse que je n’ai évidemment pas tenu mais après plus de modération les secondes fois).

J’ai pu prendre pleine conscience du dicton accompagnant le goon:

“beautiful night, horrible day”

Pourquoi le goon est si mauvais? C’est parce qu’il est au milieu viticole, ce que le surimi est à la gastronomie: les restes des déchets, juste assez bon pour pas être jeté.

Pour se faire une idée à quelle point cette boisson tient plus de l’industrie alimentaire que de la viticulture, il suffit de jeter un œil sur l’étiquette et là surprise: ce “vin” peut contenir des traces de lait, poisson, œuf !!!!

Oui, oui, vous avez bien lu et non, ce n’est pas une blague, pour preuve, une petite photo:

Donc morale de l’histoire, si l’envie vous prend de boire quelques verres, il vaut peut-être mieux faire une petite entorse au budget que de choisir le goon.

Vous avez aussi la solution de boire avec Modération, qui vous permettra de conserver votre porte-monnaie et votre cerveau intacte mais il faut bien le reconnaitre, on ne le trouve jamais quand on aurait besoin de lui ce Modération. Pour ma part, je ne le vois toujours que le lendemain…

Advertisements

One response to “Drink in Australia, be carefull of … the goon

  1. Pingback: Road Trip en Australie - le début de l'aventure (en vidéo)

Répondre / Answer

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s